MON PANIER

    Pour affiner la recherche, utilisez les filtres ci-dessus 

La parole vive

Nouage, n°12- ACF Midi-Pyrénées

Disponibilité : 1 en stock

11.37 

Plus que 1 en stock

UGS : 9782956989233 Catégories : , Étiquettes : , , , ,

NOUAGE N°12 – La parole vive

Editorial :

« L’homme parle donc, mais c’est parce que le symbole l’a fait homme. »

Jacques Lacan, « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse ».

Ce numéro de Nouage, avec un titre de poète [1], ambitionne d’être un lanceur d’alerte tout en apportant les éléments de réponse de la psychanalyse lacanienne. Qu’est devenu ce dispositif si simple et si singulier, mis en place par Freud : « Il ne se passe entre eux rien d’autre que ceci : ils parlent ensemble. [2] » La parole est menacée, son poids d’existence déconsidérée et son usage dévalorisé. Dans la pratique clinique, une des conséquences de ce discrédit porte un nom : dépathologisation. Ce terme qualifie à la fois un ravalement de la souffrance dans le droit à la différence et élève la pathologie à la hauteur d’une singularité.

Prendre au sérieux ce changement de paradigme, appréhender ses conséquences et offrir des perspectives, tel a été le projet du délégué régional de l’ACF en MP, Victor Rodriguez. Sous la responsabilité de Cécile El Maghrabi Garrido et de Patricia Loubet, un colloque s’est tenu à Toulouse avec pour titre : La parole dans la clinique de demain. État des lieux d’une dépathologisation et perspectives. Ce rendez-vous remarquablement préparé et mené avec enthousiasme a remporté un vif succès de participation et d’élaboration. Il a fait valoir ce que la parole a de fondamental pour saisir « le désir au point [vif] où il s’humanise [3] ».

Nouage 12, publie l’intégralité des interventions de ce colloque, toutes aussi précieuses les unes que les autres.

Parole et clinique

Christiane Alberti inscrit l’interrogation sur l’effacement de la parole, dans un tournant de civilisation comme une véritable atteinte à la démocratie ; elle souligne avec une référence à Barthes, que la parole censurée l’est moins par la police que par l’endoxa. Madame Odile Barral, ancienne juge des enfants, nous transmet la délicate position à avoir avec la parole de l’enfant, pris dans des conflits de loyauté et elle conclut que le premier droit de l’enfant devrait être le droit à son enfance. Carole Dewambrechies-La Sagna illustre la dépathologisation en psychiatrie en montrant comment l’art du diagnostic s’est trouvé sérieusement modifié avec ses conséquences sur les institutions sanitaires. Jean-François Cottes s’alerte sur le retour d’une conception organiciste de la pensée avec le mirage du tout neuro, il distingue : réel de la psychanalyse versus faux réel de la science. Et dans son propos Ligia Gorini démontre l’incomparable de la parole, telle que la clinique lacanienne la place au cœur de sa pratique, c’est-à-dire en considérant à rebours de l’époque, l’accent de singularité de chaque cas clinique.

Parole et style

En lien avec notre thématique, le colloque a accueilli le cinéaste Diego Governatori, diplômé de la Fémis [4], pour son documentaire : Quelle folie [5], réalisé sur la parole accidentée de son ami Aurélien D. En quelques extraits projetés au long de la journée, l’intensité de cette expérience de création a marqué l’auditoire. L’article Portrait de la parole, rend compte du parcours d’Aurélien et du lien au réel qu’il a approché dans son prénom même. Éric Morin dans un développement étayé, nous enseigne sur le choix du documentaire, le cinéma de paroles qui délaisse la fiction et sur le travail du montage comme traduction. Son article boucle le colloque en faisant lien avec les 53e Journées de l’École de la Cause freudienne [6].

Parole et savoir : le cartel

C’est par une articulation avec le cartel, organe essentiel de l’École, que ce numéro de Nouage se conclut. Le cartel est conçu au moment où Lacan fonde son École et il en réaffirme l’importance pour le fonctionnement d’une transmission de savoir. C’est ce que Dominique Corpelet, responsable aux cartels de l’École, invité par Vanessa Sudreau pour une matinée de travail, est venu nous rappeler. Son intervention : le cartel : lieu de paradoxe et d’un savoir troué, souligne combien le cartel est homothétique à la logique de l’École. Dispositif d’épars désassortis, dans une tension entre le tout et le plus‑un, dans un tourbillon permis par la permutation et la vectorialisation, le cartel est un dispositif de d’écolage.

Deux produits de travail ont rendu compte du désir propre de deux cartellisants. Françoise Bonnemaison avec son texte : une interprétation à valeur de cauchemar et Stanislas Godineau : opérer sur le tranchant de l’angoisse. Chacun dans un cartel différent a pu extraire un point et le traiter dans un transfert de travail vers l’École.

La parole humanise : « La parole en effet est un don de langage, et le langage n’est pas immatériel. Il est corps subtil, mais il est corps. [7] »

Robert Antelme, de retour de l’enfer concentrationnaire, physiquement miraculé, témoigne à son ami Dionys Mascolo de : « ce qu’est dire pour lui […] Dans son épuisement physique, il n’est plus que parole […] Garder le silence plus de quelques instants lui serait impossible. Il parle continûment. Sans heurt, sans éclat, comme sous la pression d’une source constante, possédé du besoin véritablement inépuisable d’en avoir dit le plus possible avant de peut-être mourir, et la mort n’avait manifestement plus d’importance pour lui qu’en raison de cette urgence de tout dire qu’elle imposait. [8] »

La parole trouve « dans l’homme l’impératif du verbe comme la loi qui l’a formé à son image [9] » ; elle porte parfois une extra-lucidité tragique, mais charrie aussi les accents de la vie, du rire et du désir.

À bon entendeur !

Marie Christine Bruyère est membre de l’ACF en Midi-Pyrénées.

 

[1] Bobin C., La Merveille et l’Obscur, suivi de « La Parole vive », entretiens 1991-1994, Vénissieux, La passe du vent, 1999.

[2] Freud S., L’analyse profane, Paris, Gallimard, 1985, p. 33.

[3] Lacan J., « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse », Écrits, Paris, Seuil, 1966, p. 294.

[4] La Fémis, école nationale supérieure des métiers de l’image et du son.

[5] Governatori D., Quelle folie, film documentaire français, 2018.

[6] Interpréter, scander, ponctuer, couper, 53e Journées de l’École de la Cause freudienne, Paris, 18-19 novembre 2023.

[7] Lacan J., « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse », op. cit., 1966, p. 301.

[8] Mascolo D., Autour d’un effort de mémoire, Paris, Éditions Maurice Nadeau-poche, 2023, p. 50.

[9] Lacan J., op. cit., p. 322.


 

Poids 0.200 kg
Auteur

Revue

Éditeur

Date de publication

Fevrier 2024

EAN

9782956989233

Loading...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer