MON PANIER

    Pour affiner la recherche, utilisez les filtres ci-dessus 

De quoi souffrons-nous ?

Tresses, n°62 – ACF Aquitania

Disponibilité : 3 en stock

11.37 

Plus que 3 en stock

Quantité :
UGS : 9782956794981-Tresses62 Catégories : , Étiquettes : , ,

Présentation

Si l’homme est le seul animal qui ait la faculté de rire[1], la souffrance sur le plan purement biologique concerne aussi les plantes et les animaux. Seulement voilà, le vivant qui nous anime va au-delà du pur biologique. Si nous pouvons rire c’est aussi parce que nous parlons, ce qui rend ce dont nous souffrons bien plus énigmatique.

Le corps parlant c’est un mystère disait Lacan[2], c’est-à-dire que le hasard de ce qui fait notre humanité, la rencontre de notre corps avec ces mots-là, parmi ceux qui ont été énoncés autour de nous, est insondable. C’est le creuset des souffrances, mais c’est aussi celui de nos passions ou de l’élan qui pourront faire émerger la créativité, la poésie ou l’inventivité. Passionnante question don : de quoi souffrons-nous ?

L’œuvre admirable que Juliet Martinez nous a permis de présenter en première de couverture est déjà en ce sens une piste troublante et percutante. Sa superbe va au-delà du Beau, et dérange. Elle est constellée de subtilités dont chacune est susceptible d’interpréter quelque spécificité du monde qui nous entoure et la façon dont nous le vivons. Souffrir de la regarder pourrait donc être le premier pas – le sens propre et étymologique de souffrir étant supporter[3]–, souffrir la dimension de la parole pourrait être le second, pour qu’enfin s’ouvre le champ de ce dont on pâtit, l’œuvre artistique s’en faisant ici le support.

[1] Cf. Aristote, La Politique « l’homme est le seul animal qui rit ».

[2]  Rabelais F., Gargantua « rire est le propre de l’homme ». Cité par Miller J.-A., « L’inconscient et le corps parlant », La Cause du désir, n°88, Navarin, Paris, octobre 2014, p. 108.

[3] Le Dictionnaire de la langue française, le Littré, Éditions Famot, Genève, 1977, disponible en ligne.

Sommaire

Éditorial : Bruno Alivon

Traumas d’époque

« L’Un-dividualisme » : Philippe La Sagna

« Le surmoi : fabrique de la souffrance au travail » : Françoise Denan

« Méprix de l’amour » : Pierre Sidon

« Déplacés ou la quatrième humiliation » : Rodolphe Adam

Fausses réponses

« Errances contemporaines » : Camille Gérard

« Parler, dire et se dire » : Catherine Lacaze-Paule

Résonances dans l’ACF

« Tout le monde délire » : Philippe De Georges

Annamèrephose : Philippe Lacadée

 Qu’en disait Freud ?

«  Les symptômes ont donc un sens ? » : Véronique Pannetier

Quand Lacan lit…

« Athalie ou le rôle du signifiant comme point de capiton » : Martine Versel

Près de l’art

« La Douceur dans l’abîme » à propos du film de Jérôme Schlomoff : Michel Neycensas

« D’une souffrance en question », à propos de Lol V Stein de Marguerite Duras: Lise Roullet

« Une beauté terrible » à propos de l’exposition Van Gogh au Musée d’Orsay : Françoise Kovache

Poids 0.250 kg
Auteur

Revue

Éditeur

Date de publication

décembre 2023

Nombre de pages

118

EAN

9782956794981

Vous aimerez aussi…

0 out of 5

Disputes

12.32 
Tresses, n°56 - ACF Aquitania
0 out of 5

Science-friction

12.32 
Tresses, n°60 - ACF Aquitania
0 out of 5

Désirs, au singulier

12.32 
Tresses, n°58 - ACF Aquitania
0 out of 5

Loin de l’idéal

12.32 
Tresses, n°61 - ACF Aquitania
Loading...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer