MON PANIER

    Pour affiner la recherche, utilisez les filtres ci-dessus 

A la une En promo

Yvette, Yvette, Yvette !

Nathalie Joly chante Yvette Guilbert – L’intégrale

Disponibilité : 1 en stock

25.00  10.00 

Plus que 1 en stock

Référence : 3561302567921 Série : Thématique :

Nathalie Joly chante Yvette Guilbert – L’intégrale

Coffret 3  CD – 55 chansons

Cette intégrale regroupe les trois albums : « Je ne sais quoi » (2008), « En v’là une drôle d’affaire » (2012) et « Chansons sans gêne » (2016), et met en exergue le formidable travail de Nathalie Joly d’interprétation et de mise en musique des oeuvres d’Yvette Guilbert.
Égérie du Paris de la Belle Époque, ses textes demeurent d’une surprenante modernité tant ils mêlent audace, humour et puissance poétique.
La chanteuse et comédienne Nathalie Joly a su réinscrire au patrimoine l’oeuvre de la « Diseuse fin de siècle » et redonner corps et esprit à toute sa symbolique contemporaine.
Une saisissante manière d’aborder le répertoire de celle qui, au cours d’une seule vie, fut la plus moderne des chanteuses d’antan, pionnière du parlé-chanté, féministe de la première heure, correspondante de Freud et star de cinéma.


Freud, Yvette & Nathalie


LIBERATION • 2 décembre 2016

Yvette Guilbert, éloge d’une pionnière  • Nathalie Joly reprend à la Vieille Grille à Paris «Chansons Sans Gêne», évocation d’un monstre sacré de la Belle Epoque, féministe de la première heure et précurseure de la chanson française moderne.     

• Chansons sans gêne. Dans ce recueil de textes destinés à être chantés, le parolier montmartrois Xanrof, de son vrai nom Léon Fourneau, déployait à la fin du XIXsiècle sa verve sans tabou et son humour subversif. La chanteuse Yvette Guilbert (1865-1944) y a puisé une partie de son répertoire. Ces chansons et d’autres tout aussi oubliées sont au programme du spectacle que Nathalie Joly reprend pour quelques soirs à la Vieille Grille à Paris, et du CD qui en est tiré. Nathalie Joly interprète Yvette Guilbert dans les deux sens du terme: elle reprend ses chansons et elle traduit dans un langage contemporain son esprit et ses engagements. Le répertoire de celle qu’on appelait «la diseuse fin de siècle» est essentiel dans le patrimoine de la chanson française. Par le choix de ses textes, elle donnait de la femme une image à rebours des codes dominants dans la société patriarcale et sexiste de son époque. Sa science de la scène, son art de faire vivre une chanson, ont révolutionné le monde du café-concert. Son héritage sera porté par Piaf et Barbara, Anne Sylvestre et Marie-Paule Belle… Un fil qui monte jusqu’à Catherine Ringer ou la jazzeuse Cecile McLorin Salvant, qui se réclame aujourd’hui de la grande Yvette.
• Des lettres de Freud  •   Pour Nathalie Joly, l’aventure a commencé par un heureux hasard: en 2006, la Société psychanalytique de Paris lui demande une intervention musicale dans le cadre d’un colloque, à l’occasion des 150 ans de la naissance de Sigmund Freud. Le père de la psychanalyse tomba en effet sous le charme de la Guilbert quand, jeune médecin, il rendait visite à Paris au docteur Charcot. Il trouvait dans ses chansons des échos à ses propres préoccupations: la sexualité, le désir d’émancipation des femmes, la drogue… Le praticien et la diseuse échangeront des lettres, longtemps inédites, que Nathalie Joly découvrira à Londres, dans les fonds du Freud Museum. Cette correspondance inspirera un premier spectacle, Je ne sais quoi, en 2008.
• En 2012, En v’la une drôle d’affaire prolonge le travail de Nathalie sur Yvette. Entre-temps, l’actrice-interprète a été contactée par des collectionneurs, des proches de la chanteuse ou leurs descendants, qui lui ont confié souvenirs, partitions inédites et manuscrits. Elle a ainsi pu compléter le portrait de cette femme hors du commun: un jour richissime (elle se fait construite un hôtel particulier à Paris), le lendemain ruinée par une maladie des reins qui l’oblige à interrompre son travail et à dédommager les théâtres qui l’avaient engagée. Elle mène aussi carrière à l’étranger, on la plébiscite de Berlin à Londres. Au début du XX siècle, elle part à New York avec l’intention d’y ouvrir une école où elle transmettrait son art, mais le mécène qui devait financer son projet se volatilise, la laissant sur la paille. En 1928, elle résume son enseignement dans un livre l’Art de chanter une chanson. Elle y théorise son «rythme fondu», qui passe du chant à la voix parlée. C’est l’origine probable du Sprechgesang d’Arnold Schönberg et Alban Berg, qu’adoptera plus tard Kurt Weill.
• Blues et surréalisme  •  Troisième volet de la série, Chansons sans gêne (créé l’an dernier au Théâtre de Lenche à Marseille) se penche sur les dernières années de la vie d’Yvette Guilbert, pendant l’Occupation, à Aix-en-Provence, où se cache son mari juif. Au-delà de l’évocation historique, c’est une belle occasion de découvrir de formidables chansons signées Xanrof bien sûr, mais aussi Fragson, Jean Lorrain ou Gaston Couté: la fine fleur de la bohème des années folles, un solide bataillon d’anarchistes, de morphinomanes et d’invertis. Les thèmes de la déchéance sociale des femmes (prostitution, alcool) y croisent la réflexion sur la brièveté de la vie, parfois dans une veine présurréaliste. La mise en scène de Simon Abkarian concentre l’attention sur la parole, la force des mots qui nous parviennent après un sommeil d’un siècle avec une force intacte. Et auxquels le piano de Jean-Pierre Gesbert apporte de superbes teintes bluesy. La Vieille Grille, avec ses quelques dizaines de places, est l’un des derniers lieux de Paris à avoir conservé l’ambiance des cabarets de la rive gauche. Pour ressusciter Yvette dans toutes ses facettes, on ne pouvait rêver mieux meilleur écrin. CD paru chez Frémeaux & Associés. • François-Xavier Gome   


NATHALIE JOLY CHANT • JEAN-PIERRE GESBERT PIANO

CD1 « JE NE SAIS QUOI » : DITES-MOI QUE JE SUIS BELLE • J’M’EMBROUILLE • LE FIACRE • VERLIGODIN • L’ÉLOGE DES VIEUX • QUAND ON VOUS AIME COMME ÇA • LA GLU • MADAME ARTHUR • D’ELLE À LUI • TRÈS BIEN • LES BONNES GROSSES DAMES • LAISSEZ FAIRE LE TEMPS • L’HÔTEL DU N°3 • ON DIRAIT QU’ C’EST TOI • IM CHAMBRE SÉPARÉE • LA SOULARDE • LE PETIT COCHON • WENN ICH MIR WAS WÜNSCHEN DÜRFTE • MAÎTRESSE D’ACTEUR.

CD 2
 EN V’LÀ UNE DRÔLE D’AFFAIRE : LA FEMME • J’EN SUIS PAS SÛRE • JE SUIS POCHARDE • IDYLLE NORMANDE • LA PIERREUSE • MORPHINÉE • LE JEUNE HOMME TRISTE • RENAUD LE TUEUR DE FEMMES • LES ANNEAUX DE MARIANSON • COMPLAINTE D’UNE MÉCHANTE, RÉCIT D’UN INFANTICIDE • LE MIRACLE DE SAINTE-BERTHE • I WANT YOU MY HONEY • MA GRAND’MÈRE • LA LÉGENDE DE SAINT-NICOLAS • LE BAIN DU MODÈLE • PARTIE CARRÉE • EN VÉRITÉ JE VOUS LE DIS.

CD 3 CHANSONS SANS GÊNE : ENTRÉE D’YVETTE • SUR LA SCÈNE • BLUES DE L’ABSINTHE • POURQUOI N’ÊTES VOUS PAS VENU ? • LES FEMMES COMME MOI • NOUS NOUS PLÛMES • À PRÉSENT QU’T’ES VIEUX • LES DAMES TROP MÛRES • LA BOSSA DU BOSSU • LES AMIS DE MONSIEUR • HENRI’S BLUES • HINDU MELODY • MOULIN ROUGE • BLUES DE LA FEMME • L’ENFERMÉE • FLEUR DE BERGE • LE MANQUE DE MÉMOIRE • DAS MÄDCHEN MITDEN SCHWEFELHÖLZCHEN • LES MIGNONS.


– « La daronne du slam » par Causette
Pionnière du féminisme, elle a inventé l’art du parlé chanté, une sorte d’ancêtre du rap ou du slam. Yvette Guilbert fut, à la fin du XIXe siècle, la reine du café-concert. Ses textes drôles, truculents et engagés étaient, à l’époque, tout à fait d’avant-garde. Et la dame n’avait pas la langue dans sa poche ! Toulouse-Lautrec l’a immortalisée dans ses toiles, Proust lui a consacré un article et Freud est devenu son ami intime. Beau palmarès, la Yvette.
Yvette en série.
Episode 1 : Je ne sais quoi. Nathalie Joly se penche sur un demi-siècle d’amitié entre Freud et Yvette Gilbert. Les deux zigotos avaient un centre d’intérêt commun : les terres inconnues de la sexualité.
Episode 2 : En vl’à une drôle d’affaire. La comédienne revient sur la départ d’Yvette pour New York et la création de son école de chant pour jeunes filles démunies.
Episode 3 : Chansons sans gêne. Nathalie Joly explore la carrière cinématographique de Guilbert, qui la démarre à… 61 ans ! A contre-courant des normes hollywoodiennes en vigueur à l’époque. Libre jusqu’au bout
Par S.G. – CAUSETTE
– « Un hommage très complet » par Le Monde
« Je ne sais quoi, traitait de la correspondance de Freud avec la chanteuse, En v’là une drôle d’affaire de sa décision d’arrêter en pleine gloire, de transmettre à d’autres son parlé-chanté novateur et Chansons sans gêne de la fin de sa carrière, ses écrits, ses réflexions sur sa vie artistique, la séduction, la place des femmes dans un monde d’hommes. L’ensemble constitue un hommage très complet à celle qui aura donné ses lettres de noblesse au patrimoine de la chanson de cabaret ou de café-concert, avant d’être l’exploratrice de textes précieux. (…) Un coffret de 3 CD avec le répertoire de chaque épisode. »
Par Sylvain SICLIER
– « l’art de faire vivre un texte, d’en exprimer la modernité » Chants…Songs
Elle fut une grande voix de la chanson, pionnière du féminisme. Dans un coffret étonnant de 3 CD, Yvette Guilbert voit son répertoire revisité par Nathalie Joly. Et de belle manière. Elle fut l’amie de Freud – qui écoutait en boucle sa chanson Dites-moi que je suis belle – et Toulouse-Lautrec l’immortalisa. Reine du café-concert à la Belle Époque, Yvette Guilbert a marqué les annales de la chanson par un répertoire très en avance et pas ses prises de position féministes. La dame était une pionnière du genre à une époque où ces dames étaient corsetées et soumises à la férule de leur époux. (…) Femme émancipée s’il en fut, Yvette Guilbert revit sous la voix de Nathalie Joly qui, après un long travail de recherches, revisite dans un coffret de trois disques l’univers de la créatrice du Fiacre. Car Nathalie Joly l’interprète de belle manière : si elle reprend ses chansons, elle traduit  on esprit et ses engagements dans un langage contemporain et une présentation moderne. Au piano, Jean-Pierre Gesbert s’avère un des plus fins accompagnateurs de l’artiste, ajoutant des touches d’humour musical à sa prestation.
Celle qu’on appelait «la diseuse fin de siècle » renaît ici de manière magistrale, tant Nathalie Joly a l’art de faire vivre un texte, d’en exprimer la modernité. Le troisième disque du coffret, Chansons sans gêne permet notamment de découvrir quelques pépites, comme Le Blues de l’absinthe ou L’Enfermée, de Gaston Couté.  Chez Yvette Guilbert, il n’y aucun tabou à évoquer toute une population interlope : celui des morphinomanes , des homosexuels, d’anarchistes… Et à écouter ces « re-créations » de Nathalie Joly, on découvre la modernité de son ton qui a inspiré bien des artistes depuis : d’Anne Sylvestre à Barbara, sans oublier Catherine Ringer. Pour célébrer dignement un tel opus, fruit de longues années de travail en solitaire et de compilations de documents sur la star de la Belle-Époque, Nathalie Joly sera sur scène au Théâtre du Soleil du 28 septembre au 22 octobre pour un spectacle mis en scène par Jacques Verzier et Simon Abkarian. Une prestation à découvrir absolument pour mesure à quel point la verve d‘Yvette Guilbert était unique. »
Par François CARDINALI – CHANTS…SONGS
– « Une amoureuse de chanson et d’histoire » par I/O
« (…) Il ne fallait pas moins qu’une femme d’exception pour redonner des couleurs à Yvette. Sa plume magnifique ne pouvait pas être mieux servie que par une amoureuse de chanson et d’histoire qui travaille depuis plus de dix ans à exhumer les traces de cette femme disparue. Mais où sont donc toutes les Nathalie Joly de ce monde ? »
Par Lola SALEM –  I/O
– « Des textes d’une incroyable modernité » par Le Figaro
Les rappeurs, pour la plupart très machos, seraient bien surpris de découvrir que leur ancêtre était une femme, féministe de surcroît : Yvette Guilbert, inventrice du « parlé chanté » et reine du café-concert à la Belle Epoque. Sa vie fut une extraordinaire aventure au cours de laquelle elle parcourut le monde et rencontra Freud. Nous sommes en 1890, le futur inventeur de la psychanalyse est encore étudiant de Charcot à la Salpêtrière quand il assiste au concert d’Yvette. Freud est subjugué, et quarante années durant, ils entretiendront une correspondance et se verront régulièrement à Vienne où Yvette, star de l’époque, donne quasiment un concert par an… Le souvenir de cette pionnière nous est transmis par la chanteuse et actrice Nathalie Joly, qui a fait de la vie d’Yvette Guilbert le sujet de tous ses spectacles. La première pièce qu’elle lui consacre, crée à la demande de la Société française de psychanalyse, est jouée devant 800 psychanalystes médusés. Depuis Nathalie Joly a rassemblé une colossale documentation : l’intégralité de la correspondance de Freud et Yvette, offerte en facsimilés par le musée Freud, ou encore un étonnant fonds de partitions et de documents inédits sur le répertoire grivois de la chanteuse, transmis par Rosine Thomas, une vieille dame de 90 ans qui avait miraculeusement conservé ces archives malgré des héritages successifs. Grâce à cette mine de témoignages, Nathalie Joly va nourrir une trilogie retraçant les trois périodes de la vie d’Yvette Guilbert. Après « Je ne sais quoi » en 2008, puis « En v’là une drôle d’affaire » en 2012, voici repris « Chansons sans gêne » (2016). La mise en scène soignée offre des atmosphères intimistes qui sont autant d’occasions pour Nathalie Joly de dépeindre cette artiste qu’elle connaît si bien. Au fil des chansons, on découvre des textes d’une incroyable modernité qui ne s’embarrassent pas d’artifice et manient l’humour, la sensualité et la poésie. Yvette voulait « parcourir le monde pour apprendre la vie » avec pour seul leitmotiv l’émancipation. Un an après sa mort, les femmes voteront pour la première fois. Un joli spectacle à la fois très musical et d’une portée historique indéniable. Il fait l’objet d’un coffret de trois CD paru chez Frémeaux & Associés.
Par François DELETRAZ – LE FIGARO
– « Une grande figure de notre patrimoine » par France Musique
Pionnière du féminisme, précurseure d’une écriture féminine française moderne, Yvette Guilbert a inventé l’art du parlé chanté, ancêtre du rap. Reine du café-concert à la Belle Époque, l’amie de Freud immortalisée par Toulouse Lautrec est une grande figure de notre patrimoine. La comédienne et chanteuse Nathalie Joly explore depuis dix ans son oeuvre intemporelle, engagée, drôle, poétique, audacieuse et lui redonne toute sa symbolique contemporaine. (…) L’histoire d’une émancipation. De l’émancipation d’Yvette Guilbert à celle de ses héritières.Par Denisa KERSCHOVA – FRANCE MUSIQUE (Allegreto)
– « Un travail absolument formidable ! » par France Inter
« Un coffret de 3CD Yvette Yvette Yvette, c’est Nathalie Joly qui chante Yvette Guilbert, une pionnière du féminisme, une reine du café concert, amie de Freud… Madame Arthur, La Glu, Nous nous plumes, les amis d’Monsieur et Partie carrée , des chansons de son répertoire, il y a 3 disques, (…) l’album c’est chez Frémeaux & associé qui fait un travail entre autre au service de la chanson française, un travail absolument formidable !
Date de publication

septembre 2017

EAN

3561302567921

Poids 0.200 kg
Loading...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer