MON PANIER

    Pour affiner la recherche, utilisez les filtres ci-dessus 

En promo

La différence absolue

Tabula, n°22 – ACF Voie domitienne

13.00  11.00 

en stock

Quantité :
Référence : ACF-VD-Tab22-DiffA Séries : , , Thématiques : ,

Qu’il s’agisse de transmettre, d’enseigner, d’opérer dans la clinique, de s’engager ou encore de témoigner, c’est la différence absolue qui est visée par le psychanalyste, c’est là ce qui l’oriente. Dans ce numéro, nous vous proposons de découvrir à travers une série de textes, comment chaque auteur resserre, à sa manière, mais toujours au plus près de la rencontre du sujet avec le réel du langage, cette différence absolue.

 


Sommaire

 Entrevue – Conversation entre Augustin Menard, Emmanuelle Arnaud, Nathalie Castagné, Adrien Joujoux, Bernard Sadaillan et Catherine Semoud

Éloge de la coupure – Marc Lévy

Les us du trouble – Gérard Mallassagne

Salut l’artiste – Elisabeth Doisneau

Mixer la lalangue – Jocelyn Daignes

Statut de la vérité en psychothérapie et en psychanalyse – Luc Chamboncel

Guérir de l’incurable – Hélène Guilbaud

 

Extraits de l’édito écrit par Emmanuelle Arnaud et Florence Favier

« Quel est le désir de l’analyste[1] ? » Dans le contexte actuel qui fait l’apologie de la norme et du même, TABŬLA a décidé de mettre au travail cette question car, si « l’être-analyste et la capacité d’occuper dans le discours analytique la place de l’analyste sont strictement dépendants et liés à l’avènement d’un désir de savoir. […]. C’est un désir qui porte précisément sur le savoir de cette différence absolue concernant le sujet[2]. »

Le témoignage que fit Hélène Guilbaud, Analyste de l’École nous en transmet tout le relief.

En 2010, J.-A Miller annonçait : « rien de plus actuel que la grande idée que Lacan se faisait du psychanalyste en 1953, et l’injonction qu’il lui adresse[3]  : « Qu’il connaisse bien la spire où son époque l’entraine dans l’œuvre continuée de Babel, et qu’il sache sa fonction d’interprète dans la discorde des langages[4]. » »

TABŬLA en présentant des textes où le psychanalyste est convoqué à « témoigner en acte de [sa] position, non pas seulement dans la « cure », mais dans la « cité »,[5] souhaite participer de cet engagement.

 

[1] Lacan J., Le Séminaire, Livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris, Seuil, collection Points Essais, 1973, p.18.

[2] Miller J-A., « L’orientation lacanienne. Le banquet des analystes », enseignement prononcé dans le cadre du département de psychanalyse de l’université Paris VIII, 1989-1990, inédit.

[3] Miller J-A., in Journal des journées, N°78, mercredi 6 janvier 2010, publication électronique diffusée sur les listes de l’AMP.

[4] Lacan J., « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse », Écrits, Paris, Seuil, 1966, p.321.

[5] Miller J-A., in Journal des journées, N°78, mercredi 6 janvier 2010, publication électronique diffusée sur les listes de l’AMP.

Auteur

Revue

Date de publication

novembre 2017

Éditeur

Poids 0.110 kg
Loading...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer